LEXIQUE

Besoin d'une définition ?

  • Acide (eau) : L'acidité de l'eau se traduit par un pH inférieur à 7. C'est par excès de cations Hydrogène (H+) qu'il y a abaissement du pH.

  • Acide Chlorhydrique : L'acide chlorhydrique est parfois utilisé pour baisser le pH trop élevé. Comme il s'agit d'un acide fort, il fait descendre brutalement le pH mais risque en même temps de "casser" une eau stable (tamponnée) par transformation des bicarbonates existants en carbonates incrustants (tartre). L'équilibre TAC, TH et pH est alors rompu entraînant un pH instable. Pour cela, il est préférable d'utiliser des "pH moins" en granulé à base de sulfate acide de sodium. Si on utilise toutefois l'acide chlorhydrique, traiter par petites quantités (100 cm³ dans 10 litres d'eau) réparties sur l'eau. 1  litre d'acide à 20/22°B pour 100 m³ fait descendre le pH de 0,3 unité.

  • Acide isocyanurique (AC) : Ce stabilisant chlore assure la protection du chlore vis-à-vis des rayonnements ultra-violets du soleil qui peuvent doubler ou tripler la consommation du chlore. Il n'est pas en lui même désinfectant mais (au stade industriel) il se combine avec la molécule chlore pour engendrer des composés chlorés actifs. Cette protection du chlore est effective dès que l'eau traitée présente une teneur en stabilisant de 25 mg/l (ou ppm). C'est ainsi qu'avec 50 mg/l, il reste 70 % de chlore disponible après 3 heures d'exposition au soleil alors qu'en l'absence de stabilisant chlore, il en subsiste moins de 5%.

  • Acide Sulfurique : Cet acide fort est utilisé en injection par pompe doseuse pour diminuer le pH. Ne génère pas d'ion chlorure (acide chlorhydrique), ne détruit pas l'équilibre calcocarbonique de l'eau.

  • Alcalinité : L'alcalinité est évaluée par le TAC (Titre Alcalimétrique Complet). L'analyse du TAC permet de connaître la teneur de l'eau en carbonates et de bicarbonates solubles. En piscine, une réserve d'alcalinité agit comme "effet tampon". Le TAC devrait se situer entre 10 et 30 °f (degré français), 20 °f est en général idéal. Si l'alcalinité est trop faible, le pH subira de grandes fluctuations alors que si elle est élevée, l'eau étant "surtamponnée", il sera difficile de ramener le pH dans sa zone normale de traitement.

  • Algicide : Agent chimique qui détruit les algues.

  • Algistat : Agent chimique qui inhibe la prolifération des algues.

  • Algues : végétaux microscopiques proliférant dans l’eau en présence de lumière solaire et de dioxyde de carbone. Dans les piscines, elles sont souvent de couleur vert.

  • Anti calcaire : Permet d’éliminer les dépôts de calcaire qui bouchent les canalisations et nourrissent les algues.

  • Bactéries : Organismes unicellulaires microscopiques capables de survivre et de proliférer dans l’eau de piscine non désinfectée.

  • Balance de Taylor : Diagramme indicatif simplifié de l’équilibre de l’eau, ne faisant intervenir que le pH, l’alcalinité et la dureté.

  • Brome : Oxydant tout comme le chlore qui permet la désinfection. Extrait de l’eau de mer ou des sources salines, le brome est moins agressif que le chlore pour la peau, les yeux et les cheveux. Il est moins sensible au pH et conservera toute son efficacité jusqu’à un pH de 7,8. Recommandé notamment pour les bassins chauffés où la température favorise l’élévation du pH.

  • Calorie : C’est la quantité de chaleur nécessaire pour monter la température de 1°C de 1g d’un corps dont la chaleur massique est égale à celle de l’eau à 15°C sous la pression atmosphérique normale. On parle de calories gratuites lorsque c’est la chaleur de l’air que l’on capte.

  • Chlore : Gaz jaune verdâtre qui, par dissolution dans l’eau, produit de l’acide hypochloreux agissant comme désinfectant.

  • Chlore actif : C’est le chlore disponible pour la désinfection.

  • Chlore combiné : C’est le résultat de l’action destructrice du chlore sur les composants qu’il agresse par oxydation. On l’appelle aussi chloramine.

  • Chlore inorganique : On l’appelle aussi chlore non stabilisé. C’est un chlore dépourvu d’acide cyanurique ou stabilisant.

  • Chlore libre : C’est l’addition du chlore actif (ou acide hypochloreux - le chlore disponible) pour agir dans l’eau et le chlore potentiel qui tient lieu de réserve, protégé contre les UV par le stabilisant.

  • Chlore total : C’est l’addition du chlore libre et du chlore combiné. Le chlore total et chlore libre peuvent être mesurés à l’aide des languettes tests.

  • Choquer l’eau : Cette action complémentaire sur l’eau correspond à une surdésinfection. Choquer l’eau permet de prévenir l’accumulation de contaminants, d’optimiser l’action du désinfectant, de minimiser le taux de chloramines et d’améliorer la clarté de l’eau.

  • Contre lavage : Opération de nettoyage du filtre à sable ou diatomées constituant à faire passer l’eau dans le filtre en sens inverse de la marche normale en l’évacuant ensuite à l’égout.

  • Crépine : C’est une pièce située au fond du filtre à sable. Elle se présente sous la forme d’un tube comportant des orifices permettant le retour de l’eau dans le bassin tout en bloquant le sable.

  • Diatomée : Poudre blanche extrêmement poreuse et absorbante composée de squelettes fossilisés d’organismes unicellulaires, employée dans les filtres du même nom comme agent de filtration.

  • Dureté(TH) : Concentration du calcium et du magnésium présents dans l’eau sous forme d’ions, exprimée en parties par million d’équivalent de carbonate de calcium (mg/l CaCO3) ou en degré français (°F).

  • Eau corrosive : Eau qui a tendance à corroder les métaux, le béton, etc.

  • Eau douce : Eau d’une concentration en ions calcium et magnésium inférieure à 75 mg/l CaCO3 (ou 7.5)F).

  • Eau dure : Eau d’une concentration en ions calcium et magnésium se situant entre 150 et 300 mg/l CaCO3 (15/30°F) pour les eaux moyennement dures et au-delà de 300ppm (30°F) pour les eaux dures et très dures.

  • Eau entartrante : Eau qui a tendance à déposer du tartre

  • Électrolyse : Dissociation chimique de certaines substances par le passage d'un courant électrique. Pour la piscine il s’agit de la molécule de sel ou chlorure de sodium qui par électrolyse va produire de l’hypochlorite de sodium.

  • Équilibre de l’eau : Relation entre le pH, l’alcalinité, la dureté, la valeur S.D.T (Solides Dissous Totaux) et la température. Une eau équilibrée ne dépose pas de tartre et ne corrode pas les équipements.

  • Floculant : Composé chimique capable de faire précipiter les particules en suspension dans l’eau.

  • Hivernage : C’est le fait d’arrêter la filtration de sa piscine et de protéger les différents éléments qui la composent pour préserver le matériel durant la période froide où le bassin n’est pas utilisé. On considère qu’une période d’hivernage classique va d’octobre à avril.

  • Inversion de polarité : Il s’agit de la fonction autonettoyante de la cellule d’une électrolyse. En inversant anode et cathode, la cellule se retrouve ainsi débarrassée du calcaire qui s’est accumulé. Cette fonction est préconisée dans les zones où l’eau est particulièrement dure.

  • Ions métalliques : Ions produits lors de la dissolution d’un sel métallique dans l’eau. Des ions métalliques peuvent également être produits par l’action d’une eau corrosive sur un métal.

  • Media filtrant : C’est la matière utilisée pour piéger les déchets et débris présents dans l’eau. Plus cette matière est fine meilleure est la filtration. Les médias les plus courants sont le sable, la diatomée et la zéolithe.

  • Mg/l : Milligramme par litre d’eau -1 mg/l est équivalent à 1 ppm ou à1 gramme de produit par m3 d’eau.

  • Oxygène actif : Oxydant désinfectant contenu dans des produits comme le peroxyde d’hydrogène ou le mono persulfate de potassium. Très actif contre les microorganismes il n’a cependant pas d’action rémanente.

  • pH ou potentiel hydrogène : Permet de déterminer le degré d’acidité ou d’alcalinité dans l’eau. Il est habituellement préconisé de maintenir le pH entre 7,2 et 7,4. Un pH supérieur à 7,8 provoque des entartrages, des démangeaisons et des développements de bactéries et d’algues qui se nourrissent du calcaire et du magnésium. Un pH acide inférieur à 7 provoque des corrosions.

  • PHMB : Polymère Hexaméthylène Biguanide. Bactéricide, algicide possède un pouvoir floculant. Son action doit être combinée à un oxydant comme le peroxyde d’hydrogène. L’utilisation du PHMB dans un bassin chloré nécessite au préalable la neutralisation du chlore. À l’inverse, un bassin traité au PHMB qui va passer au chlore nécessite la vidange complète du bassin.

  • Pompe à chaleur : C’est un système de chauffage utilisant les calories gratuites de l’air pour les introduire dans l’eau de la piscine. Au passage ces calories sont démultipliées avec un rendement aujourd’hui de 1 calorie dans l’air pour 4 à 5 calories dans l’eau.

  • Ppm : 1 ppm= 1 partie par million ou approximativement 1 milligramme par litre ou 1 gramme par m3.

  • Précipitation : Processus par lequel se forme dans l’eau un précipité, c’est-à-dire un composé insoluble comme le carbonate de calcium.

  • Réchauffeur : C’est un appareil de chauffage branché après la filtration. Equipé d’une résistance, cet appareil va chauffer l’eau filtrée avant que celle-ci ne retourne au bassin.

  • Refoulement : Il s’agit des pièces à sceller faisant office d’orifice de retour dans l’eau. Idéalement les refoulements sont placés face au skimmer pour une circulation optimale de l’eau.

  • Rémanence : Persistance dans le temps de l’action d’un produit.

  • Skimmer : Littéralement en anglais cela veut dire « écumeur ». Le skimmer sert à aspirer l’eau en surface pour l’amener vers le filtre.

  • Spores : Graines des algues invisibles à l’œil nu.

  • Stabilisant : Ou acide cyanurique, réduit la dégradation du chlore en contact avec les UV. Permet d’allonger la rémanence du chlore. L’excès de stabilisant (au-delà de 75ppm) est nuisible, car il bloque l’action du chlore. La seule façon de baisser la concentration de stabilisant est de vidanger en partie la piscine. Il peut être vérifié à l’aide des languettes tests Aquachek Jaune.

  • Surpresseur : Il s’agit d’une pompe ne servant pas à la filtration, mais totalement dédiée à l’utilisation du robot. Il s’agit dans ce cas d’un robot appelé « à surpression « branché à la prise balai du bassin.

  • Surstabilisation : Lorsqu’il y a eu utilisation prolongée d’un désinfectant avec stabilisant incorporé et sans qu’il y ait eu de renouvellement partiel annuel de l’eau, le bassin risque d’être trop dosé en stabilisant ou acide isocyanurique, ce qui bloquera l’action du désinfectant. Il faut alors déconcentrer l’eau puis utiliser un désinfectant non stabilisé jusqu’à ce que ce taux descende en dessous de la norme maximum (75ppm).

  • TAC : Voir alcalinité

  • Tampon : Composé chimique qui empêche les brusques variations de pH si l’on ajoute un acide ou une base. Les carbonates et les bicarbonates exercent un effet tampon dans l’eau de piscine.

  • Valeur S.D.T (Solides Dissous Totaux) : Concentration totale de l’ensemble des substances dissoutes présentes dans l’eau.